Actualités

L'ILEPS : plus qu'une École, un État d'esprit

Vie étudiante, exemples de parcours de formation, évévements... Toutes les actualités de l'ILEPS

Choisir par mot-clé      

University of the West of Scotland (UWS) - écosseUWS ILEPS

Summer school camp de l'université écossaise UWS, contact : internationalbusiness@uws.ac.uk

Merci de signaler votre inscription à Anaïs BURGHART avant le 4 mai 2018 : a.burghart@ileps.fr

Universidad Catolica San Antonio de Murcia (UCAM) - EspagneUCAM ILEPS

Short Courses in Summer
UCAM offers your students the opportunity to come to Spain and study specialized intensive courses this summer. Your students will expand their career path by acquiring new competencies and by gaining international experience.
  • Courses are taught100% in English.
  • Duration of2 or 3 weeks, 20 teaching hours per week.
  • Visitsto companies and touristic places.
  • Next intake:July 2nd.
  • DEADLINEFOR ENROLLMENT:MAY 15TH
We are offering a wide range of specialization courses and a Spanish Language and Culture Program.

University of Rome "Foro Italico" - Italie

foro italico ILEPS

 

 

20180412 ILEPS Campus Day

Félicitations aux étudiants de l'ILEPS pour leur participation et leur victoire

Le Campus Day, organisé par le Conseil Etudiant de Cergy-Pontoise (CECP), réunit chaque année les écoles d'enseignement supérieur de l'agglomération pour un tournoi sportif. Les étudiants de 11 établissements (EISTI, IFSI Pontoise, ITESCIA, ISTOM, EPSS, ENSEA, EBI, Université de Cergy-Pontoise, HOLISTEA, ECAM-EPMI et ILEPS) ont soutenu leurs équipes pendant les rencontres sportives (volley-ball, handball, rugby, basket-ball, football, natation, athlétisme, pom-pom). Particularité du concours, le Challenge Ambiance prend en compte la participation des supporters, les chants, les déguisements, l'enthousiasme et les résultats aux activités proposées en plus des épreuves sportives.

Les Ilepsiens ont remporté la compétition, avec notamment une première place pour l'équipe des cheerleaders (pom-pom). 

20180412 ILEPS Campus Day 23

20180412 ILEPS Campus Day 22

20180412 ILEPS Campus Day 26

20180412 ILEPS Campus Day 31

En savoir plus

20180409 ILEPS Cracovie J1 2

Séminaire international du Management du Sport

Avec les étudiants en 2ème année de Master Sciences du Management et Métiers du Sport (SMMS)

20180409 ILEPS Cracovie J1 3

20180409 ILEPS Cracovie J1 4

20180412 ILEPS Cracovie Consulat article

Avec Frédéric de Touchet, consul général

En savoir plus

 

20180322 ILEPS Ouest France MSA

"Le football féminin souffre cruellement d'un manque de moyens"

Dossier par Virginie BACHELIER publié sur le site de Ouest France le 18 mars 2018 avec la participation de Marie-Stéphanie ABOUNA, enseignante-chercheure à l'ILEPS

La récente grève des joueuses guingampaises a mis en lumière les conditions d’exercice des footballeuses de l’élite féminine. Bien loin du quotidien de leurs homologues masculins.

« Les footballeurs sont trop payés ». Qui n’a jamais entendu ça ? Une chose est sûre en tout cas, cette phrase ne s’accorde pas au féminin. En France, certaines joueuses de première division ne sont même pas payées du tout. D’autres le sont, mais pas assez pour en vivre correctement, malgré un niveau de performance suffisant pour leur ouvrir les portes de la sélection nationale.

Le problème n’est pas nouveau, mais il a fini par éclater au grand jour un soir de février, quand les Guingampaises ont décidé de boycotter l’entraînement auquel devait assister Corinne Diacre, entraîneure de l’équipe de France. Une grève sous forme de protestation plus large que celle des salaires.

Les conditions d’entraînement, les moyens mis à disposition sont aussi montrés du doigt. Comme ces allers-retours à Saint-Brieuc pour les séances ou ces interminables déplacements en car. « Imaginez que ces filles-là, elles arrivent à performer comme ça, avec 36 heures de bus dans les jambes, explique une source proche des joueuses. Elles arrivent le lundi matin à 6 h, elles reprennent le boulot à 9 h pour la plupart… Pour gagner 150 euros brut par mois pour certaines, les plus hauts salaires n’excédant pas 2 000 euros brut. La plupart des filles sont dans une précarité extrême. Elles survivent, chaque mois, avec un petit boulot d’appoint à côté. »

Deux vitesses et un fossé

Une réunion dans la foulée avec le président d’En Avant, Bertrand Desplat, a fini par calmer le jeu. Fred Legrand, vice-président et directeur commercial, a été nommé président délégué à la section féminine jusqu’à la fin de saison, un poste qui n’avait pas été remplacé après le départ, l’année précédente, de Gilbert Castel. Les choses vont-elles évoluer pour autant ? « Je sais très bien que rien ne va changer », prédit la source proche des Guingampaises qui, elles, ne s’expriment plus sur le sujet.

Le cas des Costarmoricaines n’est pas isolé. Si la D1 féminine tourne à deux, voire trois vitesses, c’est parce qu’il existe un écart abyssal entre les conditions d’exercice des Lyonnaises, Parisiennes et Montpelliéraines, et des autres. Quand les unes sont toutes professionnelles, bénéficient des infrastructures de leurs homologues masculins et flirtent, pour les meilleures, avec des salaires à cinq chiffres, les autres s’entraînent sur des terrains pas toujours de première fraîcheur, le soir, après une journée de travail loin des pelouses.

« Il y a toujours ce fossé entre l’OL et le PSG, et le reste », constate Marie-Stéphanie Abouna, enseignante-chercheure, qui travaille notamment sur la féminisation du football.

Malgré ses plus de 160 000 licenciées, l’armoire à trophées européens bien garnie des Lyonnaises, et des discours encourageants, la femme reste le parent pauvre du ballon rond dans l’Hexagone. Avec un petit million de droits télévisés pour la D1, quand la Ligue 1 rêve de bientôt atteindre le milliard, le contexte économique séparera toujours considérablement les deux sexes.

Mais le foot féminin ne demande pas de rattraper les hommes. Juste de s’harmoniser dans des conditions décentes. « Ça change petit à petit, mais je pense que la Fédération doit continuer ses démarches, préconise Marie-Stéphanie Abouna. Il faut une volonté institutionnelle. Mais il ne faut pas que ce soit « un pas en avant, un pas en arrière », qu’il y ait des discours officiels mais pas les moyens derrière. On a la recommandation de la création d’une équipe féminine dans chaque club pro, mais on voit bien que ça traîne un peu des pieds. Les équipes féminines n’ont pas du tout le même statut partout. On peut légiférer, mais il y aura toujours des clubs qui vont préférer payer des amendes plutôt que de créer une section féminine. »

Le nerf de la guerre, comme partout, restera toujours l’argent. Jean-Michel Aulas s’enrichit-il vraiment grâce à sa brillante équipe féminine ? Sûrement pas, mais en réinjectant chez les filles l’argent généré par la Ligue 1, il offre, en plus d’une belle image au club, la possibilité aux joueuses de grandir. Le jeu en vaut la chandelle.

En savoir plus

Le stand ILEPS à 1:19

Le 19/20, journal télévisé de France 3 diffusé le dimanche 11 mars 2018 met en lumière l'équipe ILEPS à travers sa participation au Salon de l'Etudiant se déroulant à Paris Porte de Versailles.

Pour rencontrer l'équipe ILEPS, reste une date - le samedi 17 mars 2018 - pour :

En savoir plus

Expérience Erasmus Plus

Pour valider sa Licence STAPS mention Management du Sport, Tristan a passé son dernier semestre à Prague (République Tchèque) en échange Erasmus Plus.

Tristan a suivi les cours en anglais pendant 5 mois à la Charles University, ce semestre en immersion dans la culture internationale lui a apporté ouverture d'esprit et autonomie.

"Si je devais résumer Erasmus, c'est la plus belle expérience de ma vie"

Contacts

Gilles LECOCQ, g.lecocq@ileps.fr

Anaïs BURGHART, a.burghart@ileps.fr

En savoir plus